14 novembre 2017

JUSTICE > Jugé pour avoir transmis le Sida à plusieurs femmes.

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 10 h 50 min

Depuis hier, un homme de 42 ans comparaît devant la Cour d’assises des Deux-Sèvres.

2justice

Il est accusé d’avoir volontairement transmis le Sida à plusieurs de ses compagnes.

Menteur et manipulateur, il risque jusqu’à quinze ans de prison.

Préservatif retiré sans prévenir, faux test de dépistage…

L’accusé a multiplié les mensonges ces dernières années avec ses compagnes.

Atteint du virus du Sida, il n’a jamais informé ces dernières de sa maladie et leur a même, sciemment, menti pour avoir des rapports sexuels non protégés.

Il comparaît pour « administration de substance nuisible ayant entraîné une infirmité permanente ».

Le 10 octobre 2003, l’homme est informé de sa séropositivité par son médecin, qui lui conseille de se protéger et d’entreprendre un traitement.

Mais, l’accusé décide de n’appliquer aucun de ces conseils.

Quatre ans après avoir appris sa maladie, il rencontre une femme, Séverine, lors d’une soirée. 

« Je lui avais demandé de se protéger, il a retiré le préservatif » explique-t’elle.

Plus tard, elle le recontacte, lui expliquant qu’il est « hors de question » qu’elle ait des relations avec lui s’il ne se protégeait pas.

Deux semaines plus tard, l’homme la rappelle, lui expliquant qu’il a fait un test. 

« Il m’a montré un test qui était négatif. Jamais je n’aurais pu imaginer que quelqu’un puisse montrer un faux test, ce n’est même pas imaginable » lâche-t’elle devant le tribunal.

C’est au bout de deux ans que Séverine apprend que son compagnon se vante de multiplier les conquêtes, alors même qu’il est atteint du Sida.

Cette dernière entreprend alors de trouver les autres femmes qu’il a fréquentées.

À l’heure actuelle, elle a retrouvé trois autres femmes, elles aussi contaminées.

Une première plainte a été déposée en 2009.

Aujourd’hui, l’instruction démontre que sept femmes ont été infectées par cet homme, une dernière a été « miraculeusement » épargnée.

D’après l’avocat de l’accusé, ce dernier aurait mal compris le diagnostic du médecin.

Il pensait que pour éviter la contamination, il suffisait de se retirer avant l’éjaculation.

Le verdict est attendu demain.

Laisser un commentaire

Sanscommentaire |
GESTION DU DOMAINE PUBLIC R... |
Meteoalertefranceprevisions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus