20 novembre 2017

ROYAUME-UNI > Du platine à Buckingham…

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 10 h 18 min

70 ans de mariage royal !

2ru

La reine, Elizabeth II, et le prince, Philip, fêtent leurs 70 ans de mariage.

Ils sont le premier couple régnant britannique à célébrer des noces de platine.

C’est un nouveau record pour la reine, doyenne des monarques du monde.

Montée sur le trône, en 1952, à l’âge de 25 ans, elle a célébré cette année son jubilé de saphir, soit 65 ans de règne.

Le duc d’Édimbourg affiche, pour sa part, le record de longévité des conjoints des souverains au Royaume-Uni.

Si le couple célébrera ses noces de platine, en famille au château de Windsor, les cloches de l’abbaye de Westminster, où ils se sont mariés le 20 novembre 1947, résonneront à Londres pour leur rendre hommage.

À l’occasion de l’événement, Buckingham palace a dévoilé deux photographies du couple, prises au début du mois de novembre dans le salon blanc du château de Windsor.

La poste britannique a également sorti une série de six timbres en noir et blanc représentant le couple lors de leurs fiançailles, de leur mariage et de leur lune de miel.

Elizabeth II et Philip ont quatre enfants, huit petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants.

Le couple a traversé sept décennies, dont la plus éprouvante fut sans doute celle des années 90 avec le divorce de trois de leurs enfants et la mort de la princesse Diana.

Malgré des tempéraments assez différents, ils ont toujours affiché leur unité.

« C’est mon roc » a coutume de dire la reine à propos de son époux. 

« Mon premier, second et ultime emploi, est de ne jamais laisser tomber la reine » affirme le prince, Philip.

Âgé de 96 ans, le duc d’Édimbourg a pris sa retraite cet été et se consacre à la lecture et à la peinture.

Lui, qui se décrit volontiers comme « l’expert mondial des inaugurations de plaques », a honoré plus de 22 000 engagements et prononcé près de 5 500 discours.

De son côté, la reine passe progressivement le relais à son fils, Charles.

POLITIQUE > C’est le nouveau patron de LREM.

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 8 h 18 min

Samedi, Christophe Castaner, secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, est devenu le nouveau délégué général de La République En marche.

Christophe Castaner

Candidat unique pour remplacer Emmanuel Macron, fondateur du mouvement, l’ancien maire de Forcalquier, dans les Alpes-de-Haute-Provence, va s’attaquer à un pari difficile.

Transformer LREM en un parti à même de s’inscrire durablement dans la vie politique, à commencer par la préparation des élections européennes de 2019 et municipales de 2020.

Si Christophe Castaner parle d’une « évidence collective » dans le choix de sa candidature, nul ne doute qu’Emmanuel Macron a eu le dernier mot.

« C’est la relation de confiance entre Macron et Castaner qui a joué » avance un parlementaire macroniste.

Comme beaucoup de « Macronistes », Christophe Castaner est issu de la deuxième gauche.

« Voire de la troisième ! Il a toujours été à droite du PS, très libéral » critique un socialiste.

« Il est imprégné de gauche, il sera toujours un homme de gauche, mais il sait travailler avec tout le monde » corrige le maire LR de Sisteron, Daniel Spagnou.

Aujourd’hui, Christophe Castaner ne jure plus que par le « dépassement politique, qui n’est pas la négation des origines ».

Il continue de revendiquer des « valeurs de gauche au premier rang desquelles il place l’émancipation ».

Son moteur ?

Christophe Castaner ne veut pas donner de « réponse d’abord idéologique, mais pragmatique ».

Ses détracteurs ne lui reconnaissent pas de colonne vertébrale.

« Je suis un homme de faire. Je n’ai pas dit de l’âge de fer ! ».

Il croit, en tout cas, à la « question des nouveaux partages », évoquant la gouvernance de l’entreprise, lui qui n’est pas pour rien dans la remise en avant, par Emmanuel Macron, du dossier sur l’intéressement et la participation.

Sans complexe, Christophe Castaner assume une « dimension amoureuse » dans sa relation avec Emmanuel Macron.

Il revendique aussi une parole totalement libre avec le chef de l’État.

« Le jour où je ne pourrai plus dire ce que j’ai à dire à Emmanuel, je ne serai plus utile » explique-t’il.

Il faut dire que Christophe Castaner a été étroitement associé au lancement du parti présidentiel.

Mal-aimé au Parti Socialiste, traumatisé par les régionales de 2015 et le score du Front National dans sa région, il était mûr pour tomber dans le chaudron macroniste.

« Il prend une revanche, car il n’a pas percé pendant le précédent quinquennat. Sous Hollande, il était un nobody » commente un proche du président.

Pendant la campagne, il s’est distingué en devenant un des principaux porte-parole du candidat.

Il a parcouru la France, allant tenir des réunions dans les endroits les plus éloignés des grands axes, là où le FN prospère.

Son arrivée au gouvernement n’a surpris personne, tant la relation avec le nouveau chef de l’État était devenue proche.

« J’ai intégré les principes, la façon de raisonner d’Emmanuel Macron » explique Christophe Castaner.

Dans ce gouvernement, il a su se démultiplier.

Quitte à faire quelques gaffes !

Mais, il est au front permanent.

Du côté des deux têtes de l’exécutif, c’est d’ailleurs le vocabulaire guerrier qui revient pour décrire le rôle de Christophe Castaner.

Et sous-entendre, aussi, sa loyauté.

« Un fantassin » dit l’Élysée.

« Il a su, notamment depuis qu’il est au gouvernement, exister par lui-même » ajoute un proche du président.

Même son de cloche à Matignon.

« Un rôle clef que celui qui porte la parole. C’est une pièce maîtresse, mais aussi une courroie indispensable ».

Bref, il a su mettre de l’huile dans les rouages.

Il répète qu’il n’est « jamais dans le coup d’après. C’est une de mes faiblesses ».

On lui reproche aussi de surjouer le côté décontracté.

Le « kéké », c’était le surnom que certains membres du PS lui donnaient.

C’est peu de dire que Christophe Castaner peut détonner.

Mais, il est aussi l’un des rares piliers de la « Macronie » à avoir un véritable ancrage local.

Né, il y a cinquante et un ans à Ollioules, dans le Var, Christophe Castaner s’est implanté à Forcalquier, où il a décroché la mairie en 2001, été vice-président au conseil régional à partir de 2004, puis élu député PS en 2012.

Avant de porter la liste du PS aux régionales de 2015, face à Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen.

Une épreuve puisqu’il doit se retirer le soir du premier tour pour éviter la victoire du FN.

L’épisode a accéléré sa rupture avec un Parti Socialiste qui « ne l’a pas considéré comme il pensait mériter l’être ».

À la République En marche, Christophe Castaner est plébiscité.

Son caractère et son parcours plaident pour lui.

« Tout le monde apprécie que ce soit un historique, même si la moitié des salariés ne le connaît pas » note un permanent.

Le personnage a déjà annoncé son style de management : chaleureux et proche des troupes.

« C’est le genre à faire des boutades pour faire passer les messages » explique un membre de l’équipe.

Son côté « animateur » a joué dans sa nomination.

Le côté « cogneur » également, avec pour adversaires principaux, Laurent Wauquiez, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Sa mission ne s’en annonce pas simple.

« Si sa parole se confond avec celle du gouvernement, elle sera inaudible » observe une source gouvernementale.

« Sa musique ne doit pas être dissonante, mais un peu différente. C’est un des travaux les plus difficiles des prochaines années ».

PEINTURE > « Léonard » est le plus cher du monde !

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 7 h 50 min

Mercredi, un tableau du peintre italien, Léonard de Vinci, a été adjugé 450 millions de dollars, soit environ 381 millions d’euros.

1de vinci Cette vente s’est déroulée chez « Christie’s » à New York, aux États-Unis.

Cette vente fait de l’oeuvre le tableau le plus cher du monde jamais vendu aux enchères.

C’est au terme d’une séquence de 19 minutes que « Salvator Mundi », dernier tableau du maître encore en possession d’un collectionneur privé, a été adjugé.

Ce tableau de Léonard de Vinci, dont l’authenticité est mise en doute par certains, était la propriété du milliardaire russe, Dmitri Rybolovlev, qui préside le club de football de l’AS Monaco.

Il l’aurait acquis pour 127 millions de dollars auprès du marchand d’art suisse, Yves Bouvier, qui l’avait lui-même acheté peu de temps avant pour 80 millions de dollars.

Depuis, Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier sont engagés dans une bataille judiciaire.

Le milliardaire accuse le marchand d’art d’avoir pris des marges exorbitantes sur les tableaux qu’il lui procurait.

17 novembre 2017

LIRE > Le « Goncourt des Lycéens » est attribué à…

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 10 h 47 min

Hier, la romancière, Alice Zeniter, a remporté la 30ème édition du « Goncourt des lycéens » pour « L’art de perdre ».

1lire

Il s’agit d’un récit puissant sur les non-dits de la guerre d’Algérie, racontant le destin d’une famille française dont le grand-père fut harki.

Alice Zeniter, finaliste malheureuse du « Goncourt » et du « Femina », a été choisie au troisième tour par le jury réuni à Rennes.

Cinquième roman d’Alice Zeniter, « L’art de perdre » a déjà été récompensé par le prix littéraire du journal, « Le Monde », le « Prix des libraires » de Nancy et le prix « Landerneau » des lecteurs.

L’ouvrage a été depuis unanimement salué par la critique et il figure parmi les livres les mieux vendus depuis la rentrée.

Passant outre tous les préjugés colportés sur les harkis, ces Algériens restés du côté de la France pendant la guerre d’indépendance, Alice Zeniter, elle-même petite fille d’un harki, a choisi de raconter cette histoire à la seule hauteur d’êtres humains tragiquement ballotés par l’histoire.

Cela donne un récit saisissant dont le souffle et l’humanité ne s’épuisent jamais.

CHANSON > « J’aime bien varier les plaisirs, on conserve une âme jeune ».

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 10 h 20 min

C’est aujourd’hui que sort le nouvel album d’Étienne Daho, « Blitz ».

1etienne daho

Un disque peuplé de fantômes et de compagnons, de souvenirs et de références qu’Étienne Daho maîtrise à merveille. 

Oui, cet album est réussi.

Magnifique même.

Plein de directions, de sens et de vie.

Une nouvelle preuve bien réelle de ce qu’essaie de réaliser Étienne Daho dans la musique depuis presque 40 ans.

« J’aime bien varier les plaisirs et tourner le dos à ce que j’ai fait précédemment. C’est cela qui fait qu’on conserve une âme jeune » déclare le chanteur.

Comme souvent avec lui, ce disque est fait de rencontres.

Avec « The Unloved » en l’occurence.

Un groupe américain, rencontré à Londres, qui intervient sur quelques titres.

L’inspiration, elle, est venue pour partie d’une autre rencontre, avec Duggie Fields, ancien colocataire de Syd Barrett, le fondateur de « Pink Floyd ».

« La musique psychédélique, c’est tout ce que j’ai essayé de ne pas faire pendant 35 ans, mais là, j’en avais envie ».

« Blitz » est comme une traversée d’espaces très différents, sans jamais que l’intensité ne se relâche.

Plus que du psychédélisme, Étienne Daho fait de l’impressionnisme sur disque, sa voix émergeant des volutes sonores.

Un album, comme l’époque, « toujours sur la corde raide ».

Et jusque sur la pochette : visage face à l’objectif, casquette en cuir et fumée sortant de la bouche.

Étienne Daho imprime sa marque, sa direction, ses choix. 

Le tout forme un album d’une rare intensité.

Voici le premier extrait de l’album, « Les Flocons de l’Été ». 

https://youtu.be/Les Flocons de l’Été

POLITIQUE > Pour lui, c’est fini.

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 8 h 40 min

Invité des « Grandes Gueules », hier sur RMC, François Baroin a annoncé son intention de se retirer de la vie politique.

Elections

« Je tourne la page de 25 ans d’engagement politique. Je suis rentré très jeune, j’étais député j’avais 27 ans, au gouvernement de Jacques Chirac j’en avais 29. J’ai fait mon temps » a expliqué le maire de Troyes, dans l’Aube.

Quant à son engagement chez Les Républicains, François Baroin souhaite également prendre ses distances.

« Je ne veux plus d’engagement militant, passer mon temps matin, midi et soir, à commenter les positions des uns et des autres ».

Interrogé sur son action, il a déclaré avoir fait « ce qu’il a pu » lors d’une carrière qui l’a emmené notamment au ministère de l’Intérieur, du Budget et de l’Économie et des Finances ».

En revanche, François Baroin place de grands espoirs en Emmanuel Macron.

« On a un très jeune Président, qui a déplacé les lignes, et moi, je souhaite le succès de mon pays et, au fond, le succès de cette action ».

Concernant la prochaine élection à la présidence des Républicains, François Baroin n’a pas voulu se prononcer, laissant même planer le doute sur le fait qu’il se déplace pour aller voter.

JUSTICE > Sept ans de prison pour avoir transmis le Sida.

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 8 h 10 min

Hier, un homme de 42 ans a été condamné, par la cour d’assises des Deux-Sèvres, à sept ans de prison.

1justice

Il a été reconnu coupable d’avoir contaminé trois femmes avec le virus du Sida, alors qu’il se savait séropositif.

L’accusé, d’origine ivoirienne, était jugé à Niort pour « administration d’une substance nuisible ayant porté atteinte à l’intégrité physique ou psychique d’autrui ».

Des faits passibles de quinze ans de réclusion.

Il a été reconnu coupable d’avoir transmis le virus du Sida, dont il se savait porteur depuis 2003.

À l’origine, quatre femmes avaient déposé plainte à son encontre, mais il avait obtenu un non-lieu dans le cas de l’une d’entre elles.

À l’audience, l’homme a reconnu avoir montré à ses compagnes les résultats falsifiés d’un dépistage du Sida pour avoir des relations non protégées avec elles.

Ce test avait été fait par un ami avec la carte vitale de l’accusé.

L’homme, père de huit enfants en Côte d’Ivoire et en France, avait découvert sa séropositivité en 2003 lors de la naissance d’un de ses enfants.

Alors que les parties civiles ont dénoncé un « sérial contamineur », la défense a insisté sur le « déni de sa maladie par l’accusé comme mécanisme de défense psychique ».

À l’issue de l’audience, l’homme a rejoint sa cellule.

ÉTATS-UNIS > Désigné chanteur « préféré » des psychopathes !

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 8 h 03 min

C’est une étude très sérieuse qui a été menée dans un campus américain.

Justin Bieber

Une étude peu flatteuse pour le jeune chanteur !

On dit que la musique adoucit les mœurs, mais elle peut aussi trahir vos troubles de la personnalité.

Deux chercheurs en psychologie de la « New York University » ont ainsi démontré que les psychopathes étaient sensibles à certaines chansons tirées de l’univers de la pop.

Et c’est Justin Bieber qui remporte les suffrages dans un trio de tête composé aussi d’Eminem et du groupe Blackstreet.

Un résultat très sérieux, présenté récemment par les deux chercheurs lors d’un colloque qui réunissait 30 000 participants.

L’étude consistait à demander à près de 200 étudiants de déterminer leur niveau de psychopathie, sachant qu’on peut être un psychopathe en puissance sans le savoir.

En même temps, les étudiants devaient donner leurs préférences musicales sur une centaine de chansons.

Ce qui a permis de sélectionner une vingtaine de titres particulièrement populaires ou bien détestés par les sujets ciblés.

Dans un second temps, les chercheurs ont fait le test à l’envers.

Ils ont fait écouter ce panel de chansons à d’autres étudiants, avant de leur faire un test de personnalité pour déterminer leur tendance psychopathique.

Et, curieusement, les mêmes chansons préférées revenaient chez les étudiants « à risque ».

Et la championne est « What Do You Mean » de Justin Bieber.

Arrivent ensuite « Lose Yourself » d’Eminem et « No Diggity » de Blackstreet.

C’est le genre de publicité que Justin Bieber aurait certainement souhaité éviter.

Le jeune chanteur garde encore en mémoire le complot qui l’a personnellement visé, il y a cinq ans.

À l’époque, un sadique de 45 ans, emprisonné pour meurtre, avait engagé son ex-codétenu et un complice pour kidnapper la star lors d’un concert au Madison Square Garden de New York.

Un vrai film d’horreur puisque les enquêteurs ont ensuite découvert que le malfrat avait prévu de le faire étrangler, puis castrer à l’aider d’un sécateur.

Justin Bieber pourra toujours se consoler en se disant que sa musique peut aussi se montrer très utile en certaines occasions.

En 2014, on apprenait qu’un pêcheur russe, sauvagement attaqué par un ours, avait vu l’animal s’enfuir dès que son téléphone portable s’était mis à résonner.

La musique de sa sonnerie ?

« Baby » de Justin Bieber.

La preuve est ainsi faite qu’un ours peut être violent, mais sûrement pas psychopathe…

DÉCÈS > Robert HIRSCH avait 92 ans.

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 7 h 51 min

Robert Hirsch est mort, hier, à Paris.

2Robert-Hirsch

Il disait avoir « la religion du théâtre », où il a endossé tous les rôles, du drame à la comédie et au boulevard.

70 ans de carrière, dont un quart de siècle à la « Comédie-Française ».

Robert Hirsch disait avoir « horreur des vacances » et « haïr la retraite ».

À près de 90 ans, il triomphait encore tous les soirs dans « Le Père », une comédie grinçante où il incarnait un vieil homme touché par Alzheimer.

« Le théâtre est ce qui me fait vivre » disait Robert Hirsch.

Le virus l’avait gagné tout petit, lorsqu’il contemplait les stars sur le grand écran du cinéma « Apollo », près du Casino de Paris, qu’avait racheté son père avant la guerre.

En 1939, son père juge prudent de quitter Paris.

À Montmorillon, dans la Vienne, Robert Hirsch fait la connaissance de jeunes filles qui pratiquent la danse classique.

Mordu, il tentera d’intégrer le ballet de l’Opéra de Paris, avant d’être « happé » par le théâtre.

Il gardera de cette formation de danseur une agilité particulière, une présence très physique, à l’époque où les comédiens déclamaient encore.

Entré à la « Comédie-Française » en 1948, il dira y avoir passé « les 25 plus belles années de ma vie ».

Parallèlement, il tourne pour le cinéma.

Du « Dindon » de Claude Barma (1951) à « Si Versailles m’était conté » de Sacha Guitry (1953) et « Hiver 54, l’abbé Pierre », qui lui vaut un César du « Meilleur second rôle » en 1990.

Mais, c’est le théâtre qui habite Robert Hirsch et lui donne ses plus grands rôles.

Devenu sociétaire honoraire de la « Comédie-Française » en 1974, il enchaîne une seconde carrière où il alterne comédies de boulevard et grands textes.

En 1969, son interprétation magistrale dans « La Résistible Ascension d’Arturo Ui » de Bertold Brecht fera date.

En 2007, « Le Gardien », de Harold Pinter, lui vaut un de ses nombreux Molières.

Il a presque 90 ans lorsqu’il en décroche encore un en 2014 pour son interprétation du « Père » de Florian Zeller, qu’il a créé au Théâtre Hébertot.

Les cheveux ont blanchi, il s’appuie désormais sur une canne, mais l’énergie est intacte, en dépit de deux infarctus.

Il aura encore le temps de jouer « Avant de s’envoler », toujours de Florian Zeller, au théâtre de l’Oeuvre en 2016, avant de partir à son tour.

TURQUIE > Il tente une chute de 36 mètres…

Classé dans : Non classé — fierementgay @ 7 h 39 min

La semaine dernière, un sportif turc a effectué un impressionnant saut en parachute.

1 insolite turquie

Il s’est élancé du haut de la Tour de Galata, emblématique monument de la rive européenne d’Istanbul.

Après une vertigineuse chute de 36 mètres, depuis la terrasse de la tour, et un atterrissage mouvementé, mais réussi, Cengiz Kocak, 44 ans, est devenu la première personne de l’époque contemporaine à s’élancer avec succès du haut de la « Dame de pierre ».

Une fois au pied de la tour, Cengiz Kocak a fait part de son soulagement.

« D’habitude, je ne suis pas très nerveux avant un saut. Mais cette fois, je n’en ai pas dormi de la nuit ».

Cengiz Kocak s’est initié au saut au sein de l’armée turque et est devenu une icône du « base jump », un sport qui consiste à s’élancer du haut d’un point fixe avec un parachute ou une combinaison ailée.

« La Tour de Galata est un endroit que j’ai en tête depuis mon enfance » a déclaré le sportif, ajoutant qu’il aimerait un jour sauter de nouveau depuis cet endroit afin de rendre hommage à un pionnier de l’aviation qui aurait effectué un pareil vol au 17ème siècle.

En 1632, l’inventeur ottoman, Hezarfen Ahmed Celebi, aurait sauté de la tour et plané au-dessus du Bosphore pour se poser à Usküdar, sur la rive asiatique d’Istanbul, à l’aide d’ailes qu’il avait lui-même fabriquées.

Plus haute construction de la ville, lorsqu’elle a vu le jour en 1348, la Tour de Galata a longtemps été utilisée par les militaires pour surveiller le trafic maritime, puis a servi de poste d’observation pour repérer et signaler les incendies.

Elle offre une vue panoramique d’Istanbul et attire de nombreux touristes.

L’exploit de Cengiz Kocak, soutenu par le ministère de la Culture et la municipalité d’Istanbul, vise à promouvoir les sports extrêmes et le tourisme en Turquie.

123456

Sanscommentaire |
GESTION DU DOMAINE PUBLIC R... |
Meteoalertefranceprevisions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus